COV&R 2017 à Madrid

par Jean-Marc Bourdin, le 16 juillet 2017

Du 12 au 15 juillet 2017, l’actualité des recherches girardiennes était principalement localisée à Madrid, plus exactement sur le campus de l’université Francisco de Vitoria à Pozuelo de Alarcòn à une quinzaine de kilomètres de la capitale espagnole. Le thème général du 27ème COV&R (Colloquium On Violence & Religion, site du colloque : http://www.ufv.es/covr2017) était cette année « Identité et rivalité », ô combien de circonstance. Une bonne place a été réservée à la littérature, à la théologie mais aussi à la politique et à la philosophie ainsi qu’à l’anthropologie, en bref une pluridisciplinarité toute girardienne.

Continuer à lire … « COV&R 2017 à Madrid »

Rivalités mimétiques au sommet et « fake news » au Moyen-Âge

Dans Achever Clausewitz, René Girard consacre de longs développements aux rivalités mimétiques et montées aux extrêmes entre le Pape et l’Empereur ou le Roi de la puissance européenne la plus puissante du moment tout au long du Moyen-Âge. Un récent article de The Conversation se fait l’écho d’un de ces épisodes de cette guerre millénaire pour l’influence et la souveraineté. Où l’on découvre que les fake news, par définition mimétiquement contagieuses, on dit aujourd’hui virales (elles évoquent irrésistiblement la peste et les rumeurs sur ses responsables qui se répandent simultanément dans la communauté en crise), sont déjà au coeur de la lutte entre le Roi de France, Philippe le Bel, le Pape et l’ordre des Templiers au début du quatorzième siècle. « Rien de nouveau sous le soleil », nous disait déjà le Qohelet… Et Dieu sait si le soleil cogne en ce moment.

Bon été.

https://theconversation.com/philippe-le-bel-un-amateur-de-fake-news-79541?utm_medium=email&utm_campaign=The%20Conversation%20du%20week-end%20-%2077976177&utm_content=The%20Conversation%20du%20week-end%20-%2077976177+CID_66a12cfe0c342d2d71720eeaea2b292a&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Philippe%20le%20Bel%20un%20amateur%20de%20fake%20news

Göbekli Tepe dédié à un culte du crâne ?

par Jean-Marc Bourdin, le 30 juin 2017

René Girard s’était beaucoup intéressé, au terme de ses recherches, aux preuves archéologiques de son anthropologie religieuse, notamment à Çatal Höyük, dans l’actuelle Anatolie. Il avait notamment donné une conférence au collège des Bernardins le 22 novembre 2008 à ce sujet dont l’enregistrement est disponible sur le site de l’ARM : http://www.rene-girard.fr/57_p_44801/catal-hoyuk.html. Ayant participé aux recherches de Ian Hodder, le responsable des fouilles sur le site, Benoît Chantre a fait le 24 février 2016 un point sur « Le sacrifice à l’aube de la sédentarisation » lors d’une conférence prononce à l’Ecole des chartes : http://www.rene-girard.fr/57_p_44799/introduction-et-bibliographie.html.

Continuer à lire … « Göbekli Tepe dédié à un culte du crâne ? »

Une pensée du « et (presque) en même temps »

par Jean-Marc Bourdin, le 25 juin 2017

Il a été beaucoup reproché à Emmanuel Macron son usage fréquent de la locution « en même temps » à laquelle il n’a pas, pour autant, renoncé. Il se justifie ainsi le 17 avril 2017 lors d’un meeting parisien : « C’est un tic de langage […] qui voudrait dire que je ne suis pas clair. Que je ne sais pas trancher. Que je serais flou. Parce que vous savez, il y en a qui aiment les cases, les idées bien rangées. Eh bien je veux vous affirmer ce soir je continuerai à utiliser “en même temps” dans mes phrases mais aussi dans ma pensée. Parce que “en même temps”, ça signifie simplement que l’on prend en compte des impératifs qui paraissaient opposés mais dont la conciliation est indispensable au bon fonctionnement d’une société. »

Continuer à lire … « Une pensée du « et (presque) en même temps » »

Michel Serres « Les trois sacrifices »

Après l’intervention de James Alison, au colloque « Faut-il avoir peur ? René Girard penseur de la violence », du 6 mai dernier à l’Institut Catholique de Paris, voici l’intervention de Michel Serres, philosophe, membre de l’Académie française et professeur à l’Université Stanford. Il fut un ami proche de René Girard et c’est lui qui l’accueillit à l’Académie française le 15 décembre 2005 par le très beau discours de réception que nous vous invitons aussi à lire.

James Alison « René Girard et la vertu théologale de l’espérance »

Intervention de James Alison au colloque « Faut-il avoir peur ? René Girard penseur de la violence » qui a eu lieu le 6 mai 2017 à l’Institut catholique de Paris.

Comment concilier la perspective apocalyptique de René Girard avec l’espérance chrétienne ? Pour James Alison, l’espérance ne doit pas être confondue avec un vœu pieux, ni avec une vision optimiste de l’avenir. Pour la théologie chrétienne, c’est une « vertu théologale », c’est à dire une « disposition stable pour le bien» induite en nous par Dieu. En tant que vertu, l’espérance est la disposition stable à accueillir l’avenir comme une plénitude qui vient vers nous. Et cette disposition, parce qu’elle a été induite par la Passion et la Résurrection du Christ, victime innocente et pardonnante, peut transformer notre rapport aux autres et nous permettre de vivre de manière plus créative.

James Alison est prêtre catholique anglais, théologien et écrivain. Il est fellow de la Fondation Imitatio et responsable du Département éducation de cette fondation. Il est reconnu pour ses travaux sur les applications de la théorie mimétique à la théologie. Il a étudié chez les Dominicains à Oxford. Il est diplômé de la Faculté de Théologie Jésuite (FAJE) de Belo Horizonte. Il est l’auteur de nombreux ouvrages en anglais, dont plusieurs ont déjà été traduits en différentes langues., dont « Le Péché originel à la lumière de la Résurrection », Préface de René Girard, Paris, éd. du Cerf, 2009, (Original anglais : The Joy of Being Wrong, 1998) et « Douze leçons sur le christianisme », ed DDB, 2016.