Le désir mimétique d’amis

Comme souvent, le site TheConversation nous offre une analyse qui ne peut que nous interpeller sous le titre « Il a plus d’amis que moi » ou pourquoi nous envions la vie sociale des autres » :

https://theconversation.com/il-a-plus-damis-que-moi-ou-pourquoi-nous-envions-la-vie-sociale-des-autres-88451

Le (mauvais) génie de Facebook est de faire porter le désir sur une quantité d’amis plutôt que sur la qualité des amitiés. La comparaison s’objective dans le nombre et le compteur des « like » collectés, rendant possible une rivalité… et un risque de déception. Des stratégies d’augmentation des collections d’amis conduisent d’ailleurs certains à solliciter des personnes croisées virtuellement et furtivement pour en faire des « amis Facebook ». Et un.e de plus ! Pour la recherche d’emplois, LinkedIn procède de la même manière. Les deux sites proposent à leurs abonnés des personnes qu’ils sont susceptibles de connaître et / ou qu’ils auraient à contacter.

Les études de psychologie sociale fournissent des données très utiles à la théorie mimétique, quand bien même elles ne la mobilisent pas, voire peut-être parce qu’elle n’y ont pas recours. Nous disposons alors de données brutes à exploiter. Voici un des constats ici délivré : « Mieux, nous avons découvert que le fait de croire que nos semblables ont plus d’amis que nous – même si c’est complètement faux – peut nuire sérieusement à notre bien-être. » La quête du nombre ne peut que conduire à constater que l’on a / est moins que d’autres. Inévitablement.

N’hésitez pas à lire cet article pour en tirer vos propres enseignements.

3 réflexions sur « Le désir mimétique d’amis »

  1. Péter Thiel en bon élève de René girard à investi 500 000 dollars pour faire décoller facebook ; en effet , il voyait dans cet outil un moyen de rendre compte de la nature humaine mimétique tout en évitant l’effet bouc émissaire !
    Faut il se méfier des bons élèves ?
    Source books hiver 2017

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, Jérôme, j’y ai pensé aussi en lisant l’article. Son choix d’investissement initial dans Facebook a certainement tenu compte de sa compréhension du désir mimétique et sans doute aussi de sa maîtrise du jeu d’échecs.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s