Girard pour déchiffrer l’histoire présente : “Age of Anger”, best-seller 2017

par Christine Orsini et Jean-Marc Bourdin

Notre blogue voudrait attirer votre attention sur un essai récent, non encore traduit de l’anglais, qui fait un tabac dans le monde anglo-saxon au sens le plus large, puisqu’il englobe l’Inde dont l’auteur, Pankaj Mishra, est originaire. Il est intitulé “Age of Anger. A History of Present” (littéralement « L’ère de la colère. Une histoire du présent »).

L’hebdomadaire Le Point daté du 16 février 2017 signale ce phénomène éditorial actuellement en tête des ventes d’essais (sur le site d’Amazon par exemple). Il publie un long entretien avec Pankaj Mishra, lequel déclare : « Mon livre tente d’expliquer en se basant sur le travail de René Girard, comment dans un monde moderne de plus en plus homogène, l’individualisme et le désir mimétique sont la clé pour analyser une société marchande universalisée. » Son travail est présenté comme le premier ouvrage de réflexion sérieux depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Le lien ci-après en fait état : https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/lere-de-la-colere.

Pour résumer ce qu’on peut apprendre du long entretien du Point :

1) Le populisme intellectuel en France (Michel Onfray, par exemple) l’attriste alors qu’il crédite le pays de « la plus grande tradition intellectuelle de l’ère moderne » et qu’on a des penseurs comme Pierre Manent !

2) Il ne croit pas au choc des civilisations parce que « les pathologies politiques qu’a connues l’Europe à la fin du XIXème siècle en réaction au libéralisme, à la démocratie et à une croissance économique irrégulière sont aujourd’hui devenues universelles. » Autrement dit, ce ne sont pas de formidables différences entre les messages politiques,  entre les cultures et les religions qui nous apportent le populisme, le terrorisme et « la crise de la modernité », c’est la mondialisation de cette modernité, par exemple le fait reconnu par Tocqueville que la colère des gens qui réclament l’égalité grandit alors même que les inégalités diminuent. Il dit comme Girard que les djihadistes sont des enfants de la modernité qui ne font que plagier « l’islam pour les nuls » !

3) Le monde est rempli de rage et penser que la démocratie libérale et le capitalisme sont le futur de l’humanité  est refuser de penser tout court ! Il parle d’une guerre civile globale entre la minorité qui prend part au festin de la vie et les masses, qui en sont les « invités indésirables ». Il insiste sur le ressentiment nourri par les promesses fausses et extravagantes faites par les bénéficiaires de la mondialisation.  Il salue enfin le pape François qui refuse de voir la vie comme une compétition, qui la voit au contraire comme une ouverture à la confiance et à la solidarité.

Afin de pouvoir en débattre ensemble, nous lisons cet essai et vous en proposerons une recension dans un avenir proche.

Christine Orsini et Jean-Marc Bourdin, le 22 février 2017

3 réflexions sur « Girard pour déchiffrer l’histoire présente : “Age of Anger”, best-seller 2017 »

  1. Bonjour,
    Toujours dans l’actualité culturelle, cette fois ci cinématographique : Le film » girardien » « Souvenir » peu commenté meriterait de l’être ; Il d’agit d’une circulation des désirs mimétiques intrafamilaux ( père / fils) qui permet de rendre compte d’une confiance en soi suspendue au désir de l’autre ! Quand une « idole » peut s’écrouler …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s