L’hommage de Michel Zink à René Girard

Jeudi 18 octobre 2018, le nouveau membre de l’Académie Française Michel Zink, médiéviste, professeur au Collège de France, a rendu un bel hommage à son prédécesseur, René Girard :

http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/discours_de_m._michel_zink.pdf

A noter qu’il mentionne notre contributeur Bernard Perret et son dernier livre déjà présenté dans le blogue ainsi que Benoît Chantre à plusieurs reprises. Les voilà donc entrés pour un instant sous la coupole par la voix d’un immortel…

2 réflexions sur « L’hommage de Michel Zink à René Girard »

  1. Merci de nous apporter si vite cet éloge académique de la pensée et de l’oeuvre de René Girard, prononcé hier seulement sous la Coupole. Au début, j’ai eu peur : la description physique de René Girard, la « brosse militaire » pour caractériser une magnifique chevelure bouclée dont une coupe classique ne venait pas à bout de l’épaisseur, sa mine prétendument sévère, sa docilité (?), toutes ces impressions particulièrement fausses laissaient mal augurer d’un éloge sincère. Et progressivement, j’ai été rassurée, il s’agit d’un exercice obligé, le successeur de Bossuet au 39ème fauteuil n’a pas connu son immédiat prédécesseur et ne l’a aperçu que de loin, mais il l’a lu et plutôt bien. La question qu’il pose est précisément une qui me semble essentielle, comment s’articulent la foi et la raison dans la pensée de René Girard. D’abord inquiète, puis amusée, puis intéressée, passionnée, j’ai fini par être émue à la fin de ma lecture : peu de discours « académiques » sont capables de nourrir autant d’émotions. Merci, Jean-Marc, pour cette lecture, qui m’a évoqué aussi un certain jour de Décembre 2005, qui me semble hier, parce qu’il est « immortel » en tant que souvenir.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai vécu le même crescendo d’émotions : c’est le propos d’un admirateur véritable. J’ai beaucoup aimé l’évocation de sa timidité le jour de la possible rencontre lors d’un colloque de médiévistes. Je crois me souvenir que René Girard a été victime d’un même comportement le jour où il a croisé Emmanuel Levinas. J’ai un faible pour les timides…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s