« Si nous avions vécu du temps de nos pères… »

par François Hien, le 14 mai 2017

La société française est menacée par la violence djihadiste, dont l’origine semble exogène, mais qui trouve des relais opérationnels chez de jeunes Français, de plus en plus nombreux. Les services de police en surveillent un certain nombre. Mais comment prévenir de nouvelles violences ? Faut-il arrêter des jeunes gens qui n’ont (encore) rien fait, sur base de leur pratique religieuse ?

Dans le petit théâtre mimétique où les hommes qui se veulent fermes se donnent de beaux rôles virils, une intervention m’avait frappé, voici bientôt deux ans. Celle de l’avocat Arno Klarsfeld, fils des célèbres « chasseurs de nazis » : il fut celui qui proposa l’enfermement préventif des islamistes radicaux classés S, au mépris de toutes les procédures en vigueur dans un état de droit (rappelons que ce fichage ne relève en aucun cas d’un jugement mais d’une simple décision administrative de police)[1]. Il franchissait là un important seuil symbolique : demander l’enfermement préventif de l’ennemi intérieur, sur base de ce qu’il pourrait faire, et en l’absence de tout jugement, c’est oser un geste d’exclusion d’autant plus transgressif qu’il est sans modèle. À la suite de Klarsfeld, bien d’autres ont embrayé, et cette proposition est devenue récurrente[2] ; mais ces suiveurs ont moins de mérite, si l’on peut dire : il a fallu, pour qu’ils assument cette position, qu’elle fut d’abord émise par un autre, qui servit ensuite de modèle. Et je me suis demandé si c’était un hasard qu’Arno Klarsfled, précisément lui, ait lancé cette première pierre…

Une dizaine d’année plus tôt, j’avais regardé l’intégralité de la captation du procès Papon, rendue disponible sur le site de l’INA. Extraordinaire et saisissant « spectacle ». Le  procès Papon était délicat à conduire : un procès tire sa puissance de fascination de ce qui reste en lui de sacrificiel ; comme les pièces du théâtre attique, il est un mythe en attente de sa résolution. Le spectacle du procès satisfait le voyeurisme sacrificiel tout en encadrant la tentation violente qui le sous-tend, et notamment en brisant le « tous-contre-un » des résolutions victimaires : aussi avides de lynchage que soient la foule, la société ou les médias, nous prendrons toujours le temps d’entendre l’avocat de la défense et les témoins qu’elle convoque, antidotes à l’unanimité persécutrice. Ce qu’il y avait de périlleux dans le procès Papon, c’est que tout le monde semblait d’accord à l’avance ; la culpabilité ne faisait guère de doute, et les crimes avaient eu de monstrueuses conséquences. La tentation était grande de solder la culpabilité vichyssoise sur le dos de ce vieillard. Or, pour que le procès soit utile, il fallait absolument qu’il ne ressemble en rien à un lynchage ; que personne ne puisse prendre Papon pour le bouc émissaire des péchés français. Il fallait que les procédures soient parfaitement respectées, que le procès apparaisse constamment équitable – et même, qu’on s’adresse avec respect et politesse au prévenu, pour que ne transparaisse jamais l’aspiration sacrificielle. C’était vital : dans un monde où les unanimités persécutrices ne prennent plus, il se trouve toujours quelqu’un pour dénoncer les boucs émissaires des autres ; un procès trop sacrificiel aurait mécaniquement créé des sympathies pour le faible vieillard en butte au tous-contre-un mimétique.

De ces dangers, le président Castagnède me semblait parfaitement conscient. Je me souviens, cet été là, avoir admiré sa conduite du procès. Mais parmi les avocats, il en était un qui brisait le consensus et laissait voir une véhémence déplacée ; à l’entendre s’acharner sur le vieil homme, apparemment certain qu’en vivant du temps dont il était question il se fut conduit autrement que lui, on se surprenait à déplacer sa sympathie, à vouloir se ranger du côté du pauvre vieux tassé sur sa chaise, et qui subissait l’arrogance du jeune homme bien mis. Cet avocat, c’était Arno Klarsfeld.

Quand sa tribune sur l’enfermement préventif des radicaux est parue, je me suis souvenu de l’impression désagréable qu’il m’avait faite au procès Papon, et j’ai repensé à la phrase du Christ aux Pharisiens, dans l’Évangile de Marc : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, vous décorez les sépulcres des justes, et vous dîtes :  »si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes. » » (Marc 23,29-32)

L’emballement mimétique, qui fait des musulmans de nouveaux boucs émissaires au sein de la société française, est freiné par une sorte de « common decency », une retenue culturellement construite, la conviction consensuelle qu’un certain genre de choses ne se dit pas (par exemple, enfermer des individus qui n’ont commis aucun crime en raison de leur appartenance à une mouvance religieuse). Cette retenue joue le rôle du frein que constitue toujours l’obstacle de la « première pierre ». Qui va oser la lancer ? Qui va s’affranchir de cette retenue ? Qui va transgresser l’interdit symbolique ?

Ce qui permet à Klarsfeld d’oser la première pierre, c’est précisément qu’il se croit sans péché : son engagement contre les horreurs du passé lui fait croire qu’il sera par nature opposé aux horreurs du présent. Est-ce sa capacité à dénoncer les crimes passés qui lui dissimule la ressemblance entre ce qu’il propose et les mesures qu’il reprochait à Papon d’avoir fait exécuter ?  Il absolutise sa position de juste. L’illusion romantique le fait se croire dépositaire en propre des valeurs morales qu’il défend. Et l’on pourrait dire à son propos ce qu’écrivait Girard à propos des Pharisiens : « Les fils répètent les crimes de leurs pères précisément parce qu’ils se croient moralement supérieurs à eux. Cette fausse différence, c’est déjà l’illusion mimétique de l’individualisme moderne, la résistance maximale à la conception mimétique, répétitive, des rapports entre les hommes, et c’est cette résistance, paradoxalement, qui accomplit la répétition. »[3]

Plus une génération juge ses pères[4], plus elle se jette tête perdue dans les emballements mimétiques de son époque. Ceux qui sont intimement persuadés qu’en un autre temps ils n’eussent pas été du nombre des injustes s’apprêtent sans le moindre remords à le devenir en notre temps. Leur bonne conscience rétrospective est le paravent moral qui leur permet de s’affranchir de toute décence commune. Klarsfeld, en raison de son courage devant les dangers dont il n’est pas menacé, était celui qui pouvait oser jeter cette première pierre.

Prétendre, en ces matières, que tout le monde était d’accord mais que personne n’osait le dire relève typiquement de la prophétie auto-réalisatrice. Ceux qui disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas sont toujours confirmés a posteriori : une fois qu’ils l’ont dit, d’autres se mettent à le penser ; mais comment savoir s’ils le pensaient avant qu’ils l’aient dit ? La surenchère mimétique se chauffe de ce bois-là. Les transgresseurs de normes morales croient libérer une parole qui leur préexisterait ; en réalité, ils en permettent l’éclosion. Bientôt, des suiveurs les imitent, qui n’eussent pas même songé s’aventurer sur ces terrains.

Mais gardons-nous de construire avec Klarsfeld un nouveau bouc émissaire. Il n’est pas responsable d’un emballement qu’il accélère à peine. Et la radicalisation dans le monde musulman est bien réelle. Nous allons tout droit vers la « montée aux extrêmes », chaque camp se nourrissant de la violence de l’autre, qu’il imite et augmente.

[1] http://www.causeur.fr/islamistes-detention-administrative-terrorisme-34501.html

[2] Citons en vrac et dans le désordre, parmi tous ceux qui depuis deux ans ont repris cette proposition : Eric Ciotti, Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Roger Karoutchi, Guillaume Larrivé… Mais à ma connaissance, Arno Klarsfeld peut se vanter d’avoir été le premier.

[3] Je vois Satan tomber comme l’éclair, Grasset, 1999, Paris, p.43. Je souligne.

[4] Ce n’est pas littéralement leurs pères qu’il faut comprendre ici, mais les générations précédentes en général.

4 réflexions sur « « Si nous avions vécu du temps de nos pères… » »

  1. «Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.»
    Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol.
    Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu’aux derniers
    Depechons nous d’imiter ceux qui s’éloignent de l’emballement mimetique.

    J'aime

  2. Celui qui jette la première pierre ne le fait que s’il est certain que d’autres en feront de même à son invitation/imitation. Jesus de Nazareth évite ce lynchage en défiant la foule à travers chaque élément qui la compose en suspendant le temps à l’instant « pré-sacrificiel » pour qu’il ne débouche sur le sacrifice que lorsque chacun sera prêt/près de passer à l’acte.

    J'aime

  3. Celui qui jette la première pierre commence quelque chose. L’ animal mimétique ne peut rien commencer. Les Grecs se servaient du même mot pour dire « commencer » et « commander ». L’ animal mimétique ne peut rien commander. Il re-commence et il obéit. Né de parents célèbres, l’avocat-de-la-défense-des-victimes aurait aimé au moins égaler, idéalement surpasser ses modèles, mais il était venu trop tard dans un monde trop vieux. Heureusement, le djihadisme est arrivé, avec son rajeunissant projet d’un retour aux sources du sacré et une fenêtre s’est ouverte sur l’avenir. Pour le jeune Arno, pas si jeune en réalité mais jeune en tant que « fils de », la justice de ses pairs et de ses pères est apparue d’un coup, sous le projecteur d’une violence pure et purifiante, comme singulièrement inadaptée et inefficace. « Du temps de nos pères », on poursuivait les criminels à pied, à cheval et en avion mais que faisait-on contre le crime lui-même ? On en fortifiait la mémoire, on le faisait entrer par la grande porte dans l’Histoire. La première pierre d’une refondation du Droit fut lancée dans un prétoire : il faut combattre le mal non an aval mais en amont, c’est au crime qu’il faut consacrer ses efforts, non aux criminels. La purification est préférable à la punition : elle permet de construire un monde que l’anthropologie girardienne, éclairant un monde en voie de disparition, a étourdiment jugé improbable, un monde sans victimes.

    J'aime

  4. Très bon article sur ces « saints justes », manichéens si persuadés d’être du côté du bien qu’ils s’autorisent toutes sortes de distorsions de la vérité face à leurs vilains adversaires (Caroline Fourest en est un autre exemple). Ce sont ce que Philippe Murray appelait des mutins de Panurge. Déjà les parents d’Arno Kalrsfeld, qu’il imite, ne prenaient pas de très grands risques par rapport aux résistants au régime nazi. Ce qu’ils ont fait de plus risqué a été que Beate ait giflé le chancelier allemand Kurt Georg Kiesinger, avant d’invoquer sa double nationalité afin d’éviter la prison (http://www.parismatch.com/Actu/International/Gifle-Kiesinger-Beate-Klarsfeld-nazi-141751). Une action identique récente a été la gifle de Nolan Lapie à Manuel Vals.

    Sur le même registre de la paille qu’on voit dans l’œil du voisin, et de la poutre qu’on ne voit pas dans le sien, je critiquerai l’évacuation de la responsabilité occidentale dans le cycle des vengeances (imitations réciproques des violences), dans introduction de l’article par la formule de « la violence djihadiste, dont l’origine semble exogène ».
    Dans les années 1940-1950, les colonies ont voulu se libérer avec des arguments nationalistes, socialistes ou communistes. Contre ce péril rouge, l’Occident a soutenu le péril vert, par exemple
    contre le président Gamal Abdel Nasser en Égypte avec les Frères Musulmans dont le président des États-Unis Dwight Eisenhower reçut une délégation le 23 février 1953 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_musulmans#Des_alliances_de_circonstance_qui_m.C3.A8nent_.C3.A0_des_scissions), ou depuis juillet 1979 l’Opération Cyclone (https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_afghan) de soutien des moudjahidines afghans qui s’opposaient au régime procommuniste qui contrariait leurs idées conservatrices, avec l’interdiction du mariage des enfants, la réduction de la dot, l’annulation des emprunts immobiliers ruraux, l’alphabétisation.
    Rappelons aussi que ce qui a motivé Chérif Kouachi à vouloir faire la guerre en Irak a été son indignation devant les images des tortures à la prison irakienne d’Abou Ghraib gérée par les États-Unis, ce qui l’a conduit dans les prisons françaises (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-lampistes-du-mal-177872).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s